Le Journal d’un Fou

Présentation | Metteur en Scène | Personnages | Comédiens | Revue de Presse | Photos | Dossier


La Revue de Presse

Nice matin

Attention, Czapski devient fou !

Dominique Czapski [+], magistral, dans "Le Journal d'un Fou".

Nice matin
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

L’Officiel des Loisirs

« … Dominique Czapski, comédien est aussi le directeur du Théâtre Antibéa. Ancien assistant de Julien Bertheau, il a gardé de son expérience avec lui une vraie rigueur et a acquis un professionnalisme indispensable dans ce milieu…Sa performance dans ce rôle difficile est fascinante, il réussit le challenge de se mettre à notre portée et fait passer un vrai message sur la condition humaine. Un exploit difficile mais qui est un grand succès. Un grand rôle tenu par un grand comédien. »

Nice-Matin

« … Pièce à un personnage considérée comme extrêmement difficile… Ceux qui apprécient les performances d’acteur et qui ont cru en lui n’ont pas été déçus… Par son jeu, son savoir-faire et son sens de la scène, Czapski (qui ne peut renier ses origines) devient le plus humain de tous les personnages de Gogol…Voilà le journal d’un (amoureux) fou de théâtre, qu’il convient d’avoir vu dans la version de Dominique Czapski… ». Claude Dronsart

Nice-Matin

« Dominique Czapski revisite avec talent l’histoire de ce petit fonctionnaire russe perdant progressivement … la raison. Un monument du théâtre russe, et une véritable performance d’acteur. »
Scène d’Azur
« … Dominique Czapski réussit une performance très intéressante en nous rendant accessible cet obscur fonctionnaire… On rit, on sourit, on est intrigué, surpris de voir devant nous ce personnage de papier qui grâce à l’énergie de son interprète finit par remplir l’espace tout entier de sa folie somme toute ordinaire ». Jean-Marc Therond

Nice-Matin

« Le Journal d’un Fou Génial » : … Ceux qui apprécient les performances d’acteur seront à la fête… Dominique Czapski, seul en scène a fait passer une foule de messages sur la condition humaine dans un époustouflant monologue. »

La Semaine des Spectacles

« Descendons dans l’enfer cérébral de ce « fou » qui dans ses lâchetés, ses fuites, voudrait bien ressusciter son âme morte. » Jean-Louis Châles